Eclaircissage

L’éclaircissage des fruits est une tâche essentielle en arboriculture mais complexe. Un éclaircissage excessif ou insuffisant a des conséquences économiques importantes. Lorsqu’il faut éclaircir, de nombreux facteurs influencent le stade d’application, le choix du produit et les doses à utiliser.

Tout comme les modèles pour les ravageurs et les maladies, les modèles d’éclaircissage des fruits ne peuvent pas indiquer si l’éclaircissage des fruits est nécessaire ou non. En revanche, les modèles peuvent aider en indiquant l’efficacité de la pollinisation et en montrant les stades où l’arbre est le plus sensible à l’éclaircissage chimique. Le modèle RIMpro s’appuie sur des modèles d’éclaircissage qui ont fait leurs preuves en Europe et en Amérique du Nord.

Eclaircissage pré-floral

Les arbres fruitiers modernes n’ont besoin que de quelques pourcents de l’ensemble de leurs fleurs pour assurer un équilibre optimal entre le rendement, la taille des fruits et le retour à fleur. Une fois que ces fleurs ont donné leurs fruits, toutes les autres fleurs sont en excès.

A partir de la date de début de floraison fournie par l’utilisateur, le modèle simule dans le graphique supérieur l’ouverture quotidienne de nouvelles fleurs. Dès que la température du jour atteint 10 ° C, ces fleurs sont censées être pollinisées par les insectes. La croissance des tubes polliniques dans les styles des fleurs est représentée par des lignes descendantes bleues. Le modèle indique quand 10-50-90% du pollen ont atteint et fécondé les ovules dans l’ovaire. Si la croissance du tube pollinique est trop lente, tous les ovules ne peuvent être fécondés à temps. Ces jeunes fruits mal fécondés, et ont plus de chances de tomber naturellement.

Vérifiez dans le verger à quelle date le nombre de fleurs nécessaire pour assurer la récolte sont épanouies. Suivez la ligne bleue de croissance du tube pollinique des fleurs qui se sont ouvertes ce jour-là. A partir du moment où ces fleurs sont fertilisées à 10-50%, vous avez suffisamment de fruits pour une récolte optimale. À cette date, vous pouvez commencer à appliquer vos éclaircissants sur fleurs (ATS en conventionnel ou BSC en bio), pour supprimer toutes les autres fleurs.

Eclaircissage post-floral

La nécessité de procéder à un éclaircissage sur fruits dépend des facteurs locaux du verger comme la variété, la nouaison initiale et la récolte de fruits de l’année précédente. Cette estimation et le choix des matières actives dépendent de l’expertise de l’arboriculteur.

Les fruits sont sensibles à l’éclaircissage dès 6 à 35 jours après la pleine floraison. Les étiquettes des produits d’éclaircissage indiquent le moment optimal en tant que plage de jours après la pleine floraison ou en mm de taille de fruit.

En pratique, il existe deux « écoles » pour décider du meilleur moment pour éclaircir ses fruits.

1 / Basé sur la taille du fruit, où les fruits entre 8 et 14 mm sont considérés comme les plus sensibles. Les traitements ciblent cette taille de fruit, puis ce sont les conditions météorologiques (pour une meilleur pénétration et efficacité du produit) qui déterminent la date d’application définitive.

2 / Basé sur l’équilibre glucidique (Balance carbonée). Les fruits sont plus sensibles à l’éclaircissage chimique lorsque l’arbre souffre d’un manque de glucides pour alimenter tous les fruits et pousses en croissance. Lorsque des conditions de faible luminosité durent pendant 3 à 5 jours successifs à une température raisonnable, cela entraîne une chute naturelle des fruits et une plus grande sensibilité aux éclaircissants. Le bilan glucidique est utilisé par les producteurs et les consultants aux États-Unis et au Canada pour décider du moment et de la dose de leurs applications d’éclaircissage. Jusqu’à présent, ces informations sont peu utilisées en Europe.

 

Le modèle

Le graphique inférieur montre la production nette de glucides pendant la journée (vert) et la consommation de glucides pendant la nuit (rouge). La ligne noire représente le bilan glucidique accumulé au cours des 96 heures suivantes. La zone jaune montre la somme de chaleur effective accumulée dans les 72 prochaines heures. Une somme de chaleur importante améliore l’efficacité de certaines molécules.

Le graphique supérieur calcule et prévoit la croissance des fruits à partir de la température de l’air (fine ligne noire et zone rose). À partir de ce diamètre, la « sensibilité de base » à l’éclaircissage est calculée et représentée par une ligne noire plus large dans le graphique supérieur, avec le maximum lorsque les fruits ont un diamètre de 10 à 12 mm.

L’utilisateur peut choisir d’afficher l’efficacité attendue de l’éclaircissage en fonction de la sensibilité de l’arbre (basée sur la taille des fruits en mm et corrigée pour l’effet du bilan glucidique), de l’efficacité des produits (chaleur effective accumulée dans les 72 prochaines heures) ou bien de combiner ces 2 informations. Pour cette dernière option, on a donné le même poids à chaque facteur.

Pour les agents éclaircissants qui interagissent avec la photosynthèse (métamitrone, par exemple Brevis®), le bilan glucidique dans les jours suivant l’application aura plus d’impact que la température. Pour les agents éclaircissants à mode d’action hormonal (par exemple 6BA, NAD, NAA, éthéphon), la température dans les jours suivant l’application a tendance à avoir plus d’impact sur le résultat.